REIMS QI GONG, Tai Ji Quan
    SOMMAIRE  |  COURS DE TAIJI QUAN  |  STAGES |  TEXTES ANCIENS | 
 |  LECTURES DIRIGEES  | 
     
DIMENSION MARTIALE DU TAIJI QUAN


Le Taiji Quan fait partie du YANG SHENG, mais c'est aussi un art martial, un art du poing (QUAN SHU). Cette dimension martiale est importante dans la pratique, non seulement pour assimiler les détails à peine visibles de l'enchaînement, mais aussi et surtout pour comprendre la forme. Sur ce point, parlant de la danse, Xunzi s'exprimait en ces termes :

« Comment saisissons-nous la signification (le Yi) d'une danse ?
C'est quand nos yeux ne voient plus, que nos oreilles n'entendent plus et que nous atteignons cependant une parfaite économie dans notre façon de nous tourner vers le haut, vers le bas, de nous courber, de nous redresser, d'avancer ou de reculer, d'être lent ou rapide... C'est alors, à force de nous entraîner ainsi que cette signification devient évidente.
»

Les applications martiales intègrent également les acquisitions du Tui Shou. Voici des vidéos illustrant quelques applications de la dimension martiale du Tai Ji Quan.

Kunlin Zhang - style Yang




APPLICATIONS MARTIALES STYLE YANG




TECHNIQUES MARTIALES STYLE YANG



Yang Jwing Ming - style Yang



APPLICATIONS MARTIALES




Jean Jacques Galinier - style Yang





Souvent négligées, voire ignorées dans certains enseignements des formes simplifiées, l'étude et la pratique assidue des applications martiales jouent pourtant un rôle fondamental et s'avèrent en fait indispensables à la compréhension, à un premier niveau, de ce en quoi consiste l'exercice du Yi juste dans la forme.


    Cours de TAICHI à Tinqueux - Cliquer ici


    Stages et ateliers de TAICHI CHUAN proposés à Tinqueux - Cliquer ici


    Extraits video - forme traditionnelle





    facebook

03 26 83 87 27





  



































Yang Ban Hou, neveu de Yang Chengfu - La dimension martiale du Taiji Quan se caractérise par des mouvements ronds et doux alors qu’à l’intérieur se concentrent force et dureté. Le plus difficile c'est de contenir et d'accumuler force et dureté sans qu'elles ne passe dans le manifesté, en restant rond et doux à l'encontre de l'opposant.




























Taichi Chuan Yang
Taiji Quan style Yang






Parc de Muire
15 D, AVENUE SALENGRO à TINQUEUX

03 26 83 87 27











Samedi 15 juin 2019

Il y a deux mots pour désigner la force : Li et Jin. Li désigne la force en général qui n'intègre pas spécifiquement le contexte dans lequel elle s'applique. L'expression Yong Yi Bu Yong Li rappelle ainsi qu'en Tai Ji Quan l'usage ordinaire de la force brute est banni.
Jin désigne au contraire la force cultivée dans la pratique du Yang Sheng, la réponse adaptée aux circonstances qui se fonde sur la sentience. Jin relève en particulier de la mise en application de la juste mesure et vise simplement à remettre de l'ordre dans le cours des choses. C'est à l'usage du Jin qu'on se prépare dans le Tui Shou.