REIMS QI GONG, Club de Qi Gong
    SOMMAIRE  |  COURS  |  STAGES  |  ASPECTS THEORIQUES | 
 |  TAIJI QUAN  | 
Sima Guang - Extraits

Sima Guang (1019–1086)

Le Vide Latent - Qian Zu

La vie humaine a sa racine dans le vide; du vide procède le corps ; du corps la nature humaine ; de la nature humaine les mouvements ; des mouvements les émotions ; de émotions les affaires ; des affaires la vertu ; de la vertu le rapport à la famille ; de la famille le rapport à l'Etat ; de l'Etat la gestion gouvernementale ; du gouvernement le mérite ; du mérite l'oeuvre. Quand l'oeuvre est achevée, [tout] retourne au vide.


Essai sur l'accès à la connaissance par blocage des choses

[Les hommes] sont séduits par les choses et pressés par elles. [Les tyrans] Jie et Zhou savaient que Yu le Grand et Tang le Victorieux étaient de sages rois ; or, si leurs actes se sont opposés [à leurs conduites], c'est parce qu'ils ne purent vaincre la part désirante de leur esprit, Yu Xin. Le brigand Zhi connaissait lui aussi la valeur morale de Yan Hui et de Min Ziqian ; or, si ses actes s'y opposèrent, c'est qu'il ne put vaincre la part avide de son esprit. Les gens du commun pervertis savent tous que le cambriolage et le vol sont dégradants, mais s'ils s'y risquent, c'est parce qu'ils y sont poussés par le froid et la faim. Un ministre qui perd la mesure sait encore combien il est honteux de trahir son prince et de servir un ennemi, mais s'il tolère une telle position, c'est qu'il est contraint par les châtiments et les malheurs qui le menacent. Et que dire de celui qui étudie ? Comment penser qu'il ignore la perfection du sens de l'humain et de l'équité, l'excellence du sens de l'honneur !
[...]
[Des forces quasi irrépressibles] font non seulement qu'il n'y pense pas ou ne s'en soucie plus, mais aussi qu'il ne les connaît plus, de la même façon qu'un chasseur de bêtes sauvages ne voit plus la montagne [où il se trouve] ou qu'un archer qui tire sur un oiseau ne ressent plus la rosée qui humecte son vêtement.[...]
Or, l'eau est authentiquement limpide, mais lorsque la boue et le sable la troublent, si l'on se penche sur elle, on ne voit plus son reflet ; [et de même] une chandelle est foncièrement lumineuse mais si on lève la paume et la voile, même dans un espace minuscule, on ne distingue plus les yeux ni les sourcils d'autrui.


Yu Shu

L'esprit du sage est comme un feu qui couve sous la cendre. Si on le couvre, il ne produit aucune lumière, mais si on l'attise, il brille et si on le remue, il brûle. Lorsqu'on le couvre à nouveau, tout redevient obscur. Il est ardent et ne meurt pas, dure sans s'éteindre. tel est le feu qui couve sous la cendre, tel est aussi l'esprit du sage.


Jing Zuo     Yang Sheng     Textes taoistes     Sur les exercices spirituels



facebook

daoyinreims@gmail.com





03 26 83 87 27

  























Zhong Yong